Drapeau suisse avec code binaire en arrière-plan

Le nouveau Règlement général sur la protection des données (RGPD), qui est finalement entré en vigueur le 25 mai 2018, n’est pas n’importe quelle loi sur la protection des données de l’UE. C’est plutôt un processus de réforme qui réglemente le traitement de nos données personnelles en tant que droit fondamental individuel.

Chez BitsaboutMe, nous sommes fermement convaincus que la vision du RGPD prévaudra dans le monde occidental. Toutefois, l’application pratique devra encore se stabiliser au cours des prochaines années.

Les données sont d’une importance fondamentale pour les individus et les entreprises. Ainsi, la question suivante se pose : comment les entreprises peuvent-elles créer de nouveaux modèles économiques autour de la collecte de données tout en renforçant la confiance de leurs clients à long terme ?

Données personnelles : des modèles centrés sur l’utilisateur pour l’avenir

Nous pensons que la solution consiste, dans une large mesure, à impliquer les consommateurs dans l’échange de données et à les doter d’un nouvel outil. Ce dernier devra leur permetter de gérer et de partager leurs données selon leurs propres conditions. Les systèmes de gestion des données personnelles (“PIMS”) et les places de marché y joueront un rôle extrêmement important.

Cependant, ces nouveaux modèles, toujours axés sur l’utilisateur, ne sont réalisables que grâce aux composants de base du RGPD. Cela inclut avant tout la portabilité des données et le consentement nécessaire des utilisateurs à l’utilisation de leurs données. En outre, des sanctions sévères pour des entreprises qui ne se conforment pas aux nouvelles règles sont essentielles. Cela provoquerait le changement de système prévu par le RGPD.

Etablir l’égalité juridique avec l’UE

Autant de raisons importantes pour que la Suisse établisse rapidement l’égalité juridique avec l’UE. Un abaissement du niveau de protection à l’égard de l’UE serait un dégât irréparable pour la Suisse. Avec près de 80 % des entreprises suisses soumises aux dispositions du RGPD, la double législation engendrerait également d’énormes coûts bureaucratiques et opérationnels supplémentaires. Par conséquent, cela affaiblirait la place économique suisse dans son ensemble.